Si c'est un homme, Primo Levi

Primo Levi est un Italien Juif arrêté en février 1944 puis déporté au camp d'Auschwitz. Dans son autobiographie Si c'est un homme, il revit et nous fait revivre sa douloureuse expérience au Lager.

Ce document historique est une peinture réelle de l'enfer des camps de concentration. Je tiens d'emblée à vous avertir que ce roman est parfois choquant face à l'atrocité des faits.
Bienvenue au camp où le travail fait vivre.

CARACTÉRISTIQUES

Primo Levi, Si c'est un homme
Télécharger / Acheter
Titre original: Se questo è un uomo

Écrit entre 1945 et 1947 et publié aux Editions Julliard
Éditions Pocket, 314 pages













RÉSUMÉ


Quatrième de couverture des éditions Pocket n°3117


On est volontiers persuadé d'avoir lu beaucoup de choses à propos de l'holocauste, on est convaincu d'en savoir au moins autant.
Et, convenons-en avec une sincérité égale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l'accumulation, on a envie de crier grâce. C'est que l'on n'a pas encore entendu Levi analyser la nature complexe de l'état du malheur. Peu l'on prouvé aussi bien que Levi, qui a l'air de nous retenir par les basques au bord du menaçant oubli : si la littérature n'est pas écrite pour rappeler les morts aux vivants, elle n'est que futilité.


UNE ÉCRITURE A LA HAUTEUR

De prime abord, l'écriture de Primo Levi est simple, propre, face à l'atrocité des faits, les mots recherchés sont toujours à la hauteur. Il est très difficile pour l'auteur de trouver les adjectifs adéquats à une telle situation. Le résultat est surprenant dans le cadre d'un projet autobiographique: l'atmosphère angoissante dans laquelle les souffrances psychologique et physique sont liées est omniprésente. L'enjeu littéraire est donc de taille car l'exercice est difficile. Le témoignage de Primo Levi est riche en métaphores filées pointant du doigt les conditions de vie désastreuses au camp, et l'incompréhension totale d'une pareille situation, l'effet est pour le moins douloureux et réussi.

"La Tour du Carbure [...], c'est nous qui l'avons construite. Ses briques ont été appelées Ziegel, mattoni, tegula [...], et c'est la haine et la discorde qui les a cimentées [...] comme la tour de Babel." 
Extrait abrégé de Si c'est un homme, de Primo Levi, aux éditions Pocket n° 3117, Page 110
Notez enfin que devoir sélectionner des mots à la hauteur des faits et des sentiments est un des enjeux majeurs de l'autobiographie. C'est grâce à une écriture claire que Primo Levi contourne en quelque sorte ce problème rencontré par les autobiographes.

LA SINCÉRITÉ, ÉLÉMENT FONDATEUR DE L'ŒUVRE

Autre particularité du projet autobiographique: la sincérité. Dans Si c'est un homme, on ne peut pas se tromper, Primo Levi respecte ce pacte d'authenticité. Clairement, il écrit à la fin de la préface: "Il me semble inutile d'ajouter qu'aucun des faits n'y est inventé". Dans l'appendice, passage intéressant de l'œuvre dans lequel Primo Levi répond aux interrogations non levées des lecteurs, il ajoutera des chiffres aux faits, convertissant le témoignage en un document historique. Les détails révélant l'atrocité des camps ont une place importante dans le récit, comme les douches trop chaudes ou trop froides, les chaussures inadaptées, l'attente d'un simple pansement au K.B. (Krankenbau, infirmerie),...


Une de mes amies [...] assure que le camp a été son université. 
Extrait abrégé de l'appendice de Si c'est un homme, Primo Levi, aux éditions Pocket n° 3117, Page 314. 
Dans l'appendice, Primo Levi assure que l'unique fait positif des camps est l'apprentissage qu'il en ressort, au sujet des hommes et du monde. 

C'est également grâce à la sincérité que Primo Levi a pu, au travers de l'écriture, utiliser le projet autobiographique comme un médicament permettant d'extérioriser son douloureux passé.

UN AVERTISSEMENT INTEMPOREL

Photographie de C.Puisney - Wikimedia Commons
Plus qu'un simple roman, Si c'est un homme est avant tout un avertissement à partir duquel nous pouvons tirer une leçon. En effet, nous assistons aux situations les plus extrêmes d'un réel enfer humain. L'auteur fait parvenir aux générations futures un appel intemporel.

La force de la littérature est ici présente. C'est une réelle mise en garde, un document unique.


"Le Lager est la faim: nous-mêmes nous sommes la faim, la faim incarnée." 
Extrait abrégé de Si c'est un homme, de Primo Levi, aux éditions Pocket n° 3117, Page 112
En somme, cette œuvre est plurielle: c'est à la fois une autobiographie, un témoignage, un document historique et une mise en garde. Incontournable, à lire absolument.
Ma critique vous a donné envie de lire l'œuvre de Primo Levi ?
 
 

10 commentaires:

  1. C'est sans doute le témoignage le plus complet sur la seconde guerre mondiale, et comme toi je pense qu'il fait partie des livres à lire absolument. J'y ai échappé pendant ma scolarité, et je l'ai découvert un peu tardivement !
    J'avais surtout été surprise par la qualité "littéraire", Primo Levi écrit vraiment bien et il parvient à retranscrire son enfer sans pathos, et ce n'est pas rien !

    RépondreSupprimer
  2. Oui, effectivement, l'écriture de Primo Levi est très subtile, pas de pathos, comme tu le dis, mais l'expression reste très marquante.

    RépondreSupprimer
  3. Bravo pour cet excellent billet. Je suis d’accord avec toi sur l’utilisation de l’écriture par Primo Levi comme exutoire. Par contre, chose que tu n’évoques pas, j’ai senti beaucoup de rancoeur (ce qui est normal) et cela s’en est ressenti dans le texte. Personnellement, je ne parlerai pas non plus de pathos, mais j’ai ressenti comme quelque chose qui s’en approche...
    En tous, merci pour ce bel avis.

    RépondreSupprimer
  4. Pour voir mon avis, c’est là : http://livresacentalheure-alcapone.blogspot.com/2010/01/si-cest-un-homme-primo-levi.html

    RépondreSupprimer
  5. J'ai moi aussi trouvé un peu de rancœur dans l'œuvre de Levi, même si l'auteur affirme à la page 277: "La haine est assez étrangère à mon tempérament".

    Mais comment ne pas avoir de la haine face à un tel évènement ?

    Levi reste tout de même très sobre dans son autobiographie.

    RépondreSupprimer
  6. Aussi, j'aurais bien aimé découvrir le retour en Italie, comment Primo Levi a annoncé à ses proches son horrible expérience...

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour cette LC mais c'est dommage que toi qui l'organisais, tu n'aies pas publié ton avis le même jour que nous, ce qui est le principe d'une lecture commune.
    Je trouve que ce livre est nécessaire mais je me suis profondément ennuyée à le lire. Il me semble que l'auteur a écrit un livre sur son retour en Italie.

    RépondreSupprimer
  8. Un livre vraiment bouleversant. Par contre je suis assez étonnée que la mort ne soit pas plus présente...

    RépondreSupprimer
  9. @Frankie - Bonjour, veuillez m'excuser d'avoir lu le livre avant vous, bien que je n'en vois aucun inconvénient.
    Votre réaction face au roman est paradoxale puisque d'une part, le récit raconte des faits très touchants dont on ne peut rester insensible, mais d'autre part, l'écriture de Levi est austère et froide...

    RépondreSupprimer
  10. @Luna - La mort a tout de même une grande place dans le roman. En réalité, ce motif "hante" le roman, il est plus implicite qu'explicite.

    RépondreSupprimer

Vos commentaires m'encouragent à continuer, merci !
Les commentaires sont modérés avant publication.